Le goût du bonheur – Jean Vanier

Une solide introduction philosophique pour faire grandir l’humanité. Le goût du bonheur. Au fondement de la morale avec Aristote.

Note : * * * * *
Difficulté : * *

Auteur : Jean VANIER
Éditions : Albin Michel
Paru en : janvier 2018
Nombre de pages : 265 pages

 

Résumé de l’éditeur :
Comment naît le goût du bonheur ? Jean Vanier, fondateur des communautés de l’Arche à travers le monde, connu pour son engagement aux côtés des plus faibles, donne un sens particulier à cette question qui façonne nos existences. Il partage ici la sagesse d’Aristote qui l’a nourri très jeune. Plutôt que de nous demander « Que devons-nous faire pour être heureux ? », nous sommes invités à suivre le philosophe grec et à nous interroger : « Que désirons-nous vraiment ? »
Dans ces pages, le bonheur se dévoile en cultivant l’amitié, à la rencontre de l’autre. Jean Vanier donne ainsi à la philosophie toute sa dimension spirituelle, où l’accomplissement de chacun est bénéfique à l’humanité toute entière.

Certains seront peut-être surpris de trouver un tel sujet sous la plume de Jean Vanier. Il faudrait donc d’abord rappeler qu’il a consacré son doctorat en philosophie au « bonheur, principe et fin de la morale aristotélicienne ». Mais cet ouvrage, confie l’auteur dans son introduction,  trouve également sa source dans sa longue expérience auprès des personnes fragiles et blessées. Le résultat est un livre à la fois très accessible et d’une rare profondeur.

L’aisance avec laquelle l’auteur nous fait entrer dans la pensée d’Aristote témoigne non d’une réduction simpliste des concepts philosophiques mais plutôt de la maîtrise du sujet au point de le rendre accessible à tous. A tel point que cet ouvrage constitue une belle introduction à la philosophie et que du plus au moins initié, tous trouveront matière à penser.

On sera surpris de constater à quel point la pensée d’un philosophe comme Aristote est large : du fonctionnement de l’univers à l’éthique en passant par l’amitié et la politique, Jean Vanier égrène les pages d’Aristote en lui laissant la parole et en sachant la commenter avec justesse. Mais au risque de décevoir certains, la morale aristotélicienne, loin de donner une règle de conduite intangible invite à partir du désir de bonheur présent en tout homme afin de vivre un parcours de croissance en humanité. C’est un parcours ambitieux mais on ne perd pas son temps en y consacrant quelques heures de lecture et ensuite beaucoup de bonne volonté pour la pratique !

Le propos de Jean Vanier se veut volontairement philosophique. Il n’en reste pas moins que la conclusion qu’il offre en abordant les limites de la morale aristotélicienne est une belle ouverture pour une réflexion sur la morale chrétienne.

La réédition de ce texte publié pour la première fois en 2000 est donc un succès. A diffuser largement !

L’auteur :
Jean Vanier, né le à Genève (Suisse), est une personnalité chrétienne qui s’est consacrée aux personnes ayant une déficience intellectuelle : il crée la Communauté de l’Arche en 1964, fonde en 1968 l’association Foi et Partage, puis Foi et Lumière. Il est aussi à l’origine de la création de l’association Intercordia en 2000. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Vanier)

Commentaires Facebook

Laisse un commentaire et donne ton avis!