Une porte d’entrée accessible pour découvrir ou recevoir quelques clefs de compréhension de la pensée de Maurice Bellet.

Note : * * * *
Difficulté : * *

Auteur : Myriam TONUS
Éditions : Albin Michel
Paru en : Janvier 2019
Nombre de pages : 256 pages

Le nom de Maurice Bellet résonne sûrement aux oreilles de beaucoup. Il est d’ailleurs possible que l’un ou l’autre de ses ouvrages orne les rayons de notre bibliothèque. Un ou plusieurs livres qui auront peut-être été ouverts, peu ou prou appréciés, voire refermés aussitôt. Etant amenée à tenir de nombreuses conférence au sujet de Maurice Bellet, Myriam Tonus est en effet familière du reproche d’une œuvre dans laquelle il est difficile d’entrer.

C’est toutefois en bonne connaissance de la pensée de Bellet, elle qui fut collaboratrice de cet homme au parcours singulier, que l’auteur de cet ouvrage témoigne de sa conviction de la pertinence et de l’actualité de la pensée d’un homme qu’on ne peut ranger derrière aucune étiquette puisqu’il est à la fois philosophe, théologien et que son parcours est marqué par l’écoute analytique.

Dès les premières pages, Myriam Tonus précise son intention, et surtout, ce qu’elle n’est pas à savoir « un essai sur la pensée de Maurice Bellet » ni « un exposé linéaire » (p. 22). L’objectif est plutôt de « permettre l’accès à la recherche de cet immense théologien à celles et ceux que ses propositions et/ou son style déroutent » (p. 150).

Lorsqu’on parvient au terme de l’ouvrage, on est mesure de reconnaître que le pari proposé dans les premières pages par Myriam Tonus est relevé. Grâce à sa connaissance précise de l’œuvre de Bellet, et en accordant un large place aux extraits soigneusement choisis, l’auteur abat toutes les résistances qui pouvaient se dresser au préalable. Renonçant à l’exhaustivité, mais veillant à donner le sens et expliciter plusieurs concepts clefs de l’œuvre du théologien le lecteur se trouve donc armé pour entrer par lui-même dans la lecture de Bellet d’autant plus que Myriam Tonus sait lui en donner le goût.

Il est donc fort probable qu’après cette première lecture suivent d’autres lectures que l’on ne manquera pas de choisir dans la bibliographie partielle de Maurice Bellet placée en fin de l’ouvrage.

Bonnes lectures ! François

Myriam Tonus, laïque dominicaine belge, formée en théologie, a très longtemps accompagné le parcours intellectuel et spirituel de Maurice Bellet (1923-2018). À la disparition de celui-ci, elle a voulu transmettre le caractère unique et génial d’une œuvre imposante et exigeante, au carrefour de la philosophie, la théologie, la psychanalyse et la littérature.

Cette œuvre pionnière a « jeté les fondements d’un autre christianisme qui, face aux peurs et aux blocages dogmatiques, rendrait aux chrétiens leur confiance et leur joie devant l’avenir » écrit Jean-Claude Guillebaud dans sa préface. Et c’est pourquoi, dit-il, « nous sommes quelques-uns à penser qu’une meilleure place aurait dû lui être faite dans le débat public ».

Myriam Tonus y contribue largement avec ce livre passionnant, en nous faisant pénétrer les arcanes d’une pensée qui a bouleversé toute une génération de chrétiens et qui demeure très en avance sur notre temps.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.