Le Seigneur des Anneaux, Bilbot,… quelle vue avez-vous de la Terre du Milieu ? Le père Philippe guide son lecteur à travers l’oeuvre de Tolkien, l’oeuvre la plus vendue dans le monde. Saurez-vous y voir la Bonne Nouvelle ?

Note : * * * * *
Difficulté : * * *

Auteur :Frère PhilippeVerdin
Éditions :Cerf
Paru en :octobre 2019
Nombre de pages :179 pages 

Résumé de l’éditeur :

Tolkien l’enchanteur écrivait : « Mon livre, Le Seigneur des anneaux est une oeuvre fondamentalement religieuse et catholique. » Or l’arrière-fond chrétien de ce roman mythique est souvent ignoré. Il est vrai que son auteur a infusé le mystère chrétien avec tact et astuce dans les aventures de ses inoubliables personnages : Frodon le hobbit, Gandalf le magicien, Aragorn le roi errant, l’elf Legolas et le nain Gimli, le bon géant Tom Bombadil et le répugnant Gollum à la recherche de son Précieux !
Le destin des héros du Seigneur des anneaux, leurs défis et leur victoire en Terre du Milieu éclairent notre propre quête spirituelle, nos tentations, notre espérance. Les personnages de Tolkien ressemblent à chacun de nous, dans nos pires trahisons comme dans nos plus beaux rêves.

Il est précieux

Pour aborder ce précieux ouvrage, commencez par vous rappeler qui sont Biblbo, le rôdeur, Sauron ou encore Gandalf. Si jamais vous ne vous êtes jamais plongé dans l’un des tomes du Seigneur des Anneaux je ne peux rien pour vous ! Comprenez : vous aurez des difficultés à comprendre le livre du frère Philippe Verdin. 

Quel est le lien entre le Silmarillion et la Bible, le lien entre la vie en Terre du Milieu et la vie chrétienne ? L’auteur emporte son lecteur dans un tourbillon chrétien, il nous parle de Tolkien ou plutôt il fait parler Tolkien – l’auteur emblématique de la vie en Terre du Milieu. Il le fait parler par ses lettres qu’il eut adressé à ses confrères et amis dont l’un est connu pour son œuvre Le monde de Narnia : C.S. Lewis. Il nous raconte comment l’histoire lui est venue, comment les personnages apparaissent dans son esprit, dans son histoire sans qu’il ne les ait invités !

d’ouvrir un livre pour une Bonne Nouvelle !

Voulez-vous découvrir ce qui derrière tout un monde pousse le lecteur à pouvoir vivre l’histoire, à vivre une histoire qui malgré les apparences est emplie de christianisme ?

Dans Le Monde de Narnia, le parallèle est facile. Les personnages sont des allégories de personnages bibliques et nous pouvons les identifier facilement. Dans Le Seigneur des Anneaux, les figures sont plus complexes, qui est le Christ ? qui ne l’est pas ? Qui est l’image du guerrier qui tombe et se relève, la faiblesse qui gagne sur la force apparente ? Philippe Verdin nous découvre ce monde, il met en avant cette chrétienté qui, si importante pour Tolkien, ne peut que transparaître dans le monde qu’il crée.

On dévore et on en redemande.

Ce livre se lit très bien, je l’ai dévoré. Je crois qu’un jour ou l’autre il inspirera l’une de mes homélies. Il peut également aider ceux qui – comme moi – étaient passé à côté de la pieuvre géante, des combats presque christiques à entrevoir ce qui se jouent.

Bonne lecture !

L’auteur :
Dominicain, Philippe Verdin a publié une douzaine de romans, biographies, essais dont récemment les Vermisseaux de l’évangile et Saint Pie V, le pape intempestif.

Commentaires Facebook

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.