Découvrez la personnalité singulière d’un prêtre de l’Eglise russe orthodoxe à travers un récit spirituel riche et étonnant !

Note : * * * * *
Difficulté : * *

Auteur : Alexandre Siniakov
Éditions : Salvator
Sortie : Septembre 2017
Nombre de pages : 196 pages

Résumé de l’éditeur :
Dans un village cosaque de la Russie encore soviétique des années 1980, un jeune homme découvre l’Évangile et décide d’y consacrer sa vie.
Le père Alexandre Siniakov, de l’Église orthodoxe de Russie, raconte dans cet ouvrage son chemin atypique qui l’a conduit des steppes du Caucase à la France des écrivains qu’il lisait en secret.
Dans ces pages, l’auteur retrace son itinéraire spirituel et intellectuel qui prend librement racine entre les peines du déracinement et les joies de la migration, entre les prophètes et les ânesses. Les pérégrinations d’un pèlerin russe hors frontières.

Ce livre n’est pas exactement une autobiographie, ni même un recueil théologique. Il est plutôt un récit spirituel sur la foi, la littérature, l’orthodoxie, le monachisme et quelques autres thèmes divers, à travers la vie romanesque de l’auteur. Il faut s’y plonger pour y découvrir la personnalité singulière de ce prêtre de l’Eglise russe orthodoxe.

Alexandre Siniakov a grandi dans un sovkhoze, c’est-à-dire une ferme soviétique, à Novokoumski au fin fond du Caucase dans une famille de vieux-croyants, une Eglise séparée du patriarcat de Moscou depuis le XVIIème siècle. Il est aujourd’hui supérieur du séminaire russe orthodoxe Sainte-Geneviève à Epinay-sous-Sénart près de Paris, séminaire qu’il a créé en 2008 lorsqu’il avait 27 ans. Parcourir les différents chapitres de cet ouvrage permet d’entrevoir la richesse spirituelle de cet homme. On y découvre aussi sa détermination qu’il cultive depuis sa jeunesse lorsqu’en secret il dévorait des romans en russe, anglais, allemand ou français, ou lorsque adolescent il rêvait de donner sa vie au Christ après une conversion foudroyante en lisant l’Evangile. Le lecteur occidental entre peu à peu dans la spiritualité de l’Orient chrétien, avec des références nombreuses aux Pères de l’Eglise et aux figures spirituelles de l’orthodoxie. La méditation que propose l’auteur sur l’unité de l’Eglise malgré les blessures ouvre une nouvelle manière de considérer les divisions entre Eglises. Alexandre Siniakov a grandi dans une famille de vieux-croyants, embrassé très tôt la foi orthodoxe, est devenu hiéromoine de l’Eglise russe orthodoxe, a vécu en France dans un couvent dominicain, a étudié dans un institut catholique et dans un institut orthodoxe. Il ne voit pas dans cette diversité une contradiction mais ces expériences nourrissent en lui l’amour de l’Eglise et le désir de reconnaître au-delà des ruptures douloureuses la communion et la confession de foi en Jésus Christ.

Nous ne pouvons que conseiller fortement la lecture de cet ouvrage. Les courts chapitres de cet ouvrage favorisent une lecture fluide et dynamique. L’auteur aborde des thèmes aussi différents que la littérature, les étoiles, le baptême, la linguistique ou le monachisme. L’auteur, qui a appris le français grâce aux romans de Dumas et aux Rois Maudits de Druon depuis son Caucase natal, le maîtrise aujourd’hui à la perfection. Son français raffiné est agréable à la lecture. Lisez donc sans hésiter ce magnifique ouvrage !

L’auteur :
Né à Stavropol (en Russie) en 1981, Alexandre Siniakov est entré au monastère à Kostroma à l’âge de 15 ans. Il a ensuite étudié à l’Institut catholique de Toulouse avant de poursuivre sa formation à Paris et à Louvain. Titulaire d’une maîtrise de théologie de l’Institut orthodoxe Saint-Serge et d’un doctorat en lettres classiques de l’École pratique des hautes études (Paris), il a enseigné à la faculté d’études slaves à la Sorbonne. Il est ordonné diacre en 2003 puis prêtre en 2004 à Vienne (Autriche) par Mgr Hilarion, actuel métropolite de Volokolamsk et président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou. Le père Alexandre a été membre de la représentation de l’Église orthodoxe russe près des institutions européennes à Bruxelles, puis chargé des relations oecuméniques et publiques du diocèse de l’Église russe en France. En 2008, le patriarcat de Moscou lui a confié la création d’un séminaire en région parisienne qu’il dirige depuis.

Acheter_sur_La_Procure
[amazon_link asins=’2706714301′ template=’ProductGrid’ store=’questionsreligion-21′ marketplace=’FR’ link_id=’76097be6-c337-11e7-83e2-7334fc6471ed’]

Commentaires Facebook

Laisse un commentaire et donne ton avis!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.