Le sous-titre de cet ouvrage en dit bien plus que le titre : Commentaire du Cantique des Cantiques. L’auteur aborde ce livre de la Bible de manière simple et aérée, il ouvre à son lecteur ses connaissances à la fois bibliques et spirituelles…

Note : * * * * *
Difficulté : * * *

Auteur : Benoît Standaert
Éditions : Salvator
Sortie : septembre 2016
Nombre de pages : 308 pages

Résumé de l’éditeur :
Tout moine se doit d’écrire une fois son commentaire sur le Cantique des Cantiques. Celui de Benoît Standaert a été composé en deux fois : d’abord comme un journal, lors d’un séjour en ermite près du lac de Garde ; ensuite comme un essai, né dans l’ambiance pascale, car ce chant est par excellence le rouleau de fête pour la Pâque, tant juive que chrétienne. Le moine pratique sa lectio divina – ou lecture du cœur – en ouvrant chaque matin son désir pour rejoindre celui qu’habite le texte. « Le Désir de Dieu est Bonté », selon Levinas. Cette quête menée par l’auteur débouche sur le rayonnement d’un « Visage sans trait » qui, disait saint Bernard, « transforme ».

 

         Benoît Standaert spirituel et exégète de renom ouvre ici au lecteur que je suis de nouvelles perspectives sur ce livre qui en bien des points m’était resté énigmatique. Par son langage spécifiquement amoureux, l’auteur du Cantique des Cantiques cache et révèle bien des choses.
La première question qu’il faut se poser avant d’entamer cet ouvrage est : « Ai-je déjà lu le Cantique des cantiques ? » Mais que la réponse soit positive ou négative je vous invite à vous plonger dans ce que le bénédictin propose : un voyage dans un livre aux mille facettes. En effet ceux qui l’ont déjà lu le redécouvriront parfois différemment, plus profondément ; quant à ceux qui ne l’ont pas encore lu, l’auteur les aidera à entrer dans cet univers, dans ce langage si propre à ce livre. De plus si vous ne l’avez pas encore lu, vous ne savez certainement pas que ce livre parle exclusivement d’amour. Ainsi partant de l’amour au sein du couple, on distingue la relation que Dieu entretient avec son peuple.

     L’auteur à travers cet ouvrage permet au lecteur d’actualiser le texte et de le transférer dans sa vie. En effet les nombreuses références que notre auteur donne, qu’elles soient dans la Bible ou chez les pères de l’Église, permettent au lecteur d’avoir une vue d’ensemble sur le texte, de le situer dans son propre contexte et de faire facilement avec des scènes de son quotidien. Ce commentaire est donc avant tout une aventure spirituelle dans laquelle frère Benoît nous accompagne. On remarque – et il le dit volontiers – que la forme de ces réflexions suit la méthode de la lectio divina[1] et nous permet donc à la fois d’avoir un commentaire spirituel. Par ailleurs l’auteur décortiquant le texte et le mettant en parallèle d’autres textes fait une étude exégétique de ce dernier et cela a pour conséquence d’introduire des notions d’étude complexes que l’auteur explicite de manière très claire.
    Le thème du livre me donne envie d’inviter tout le monde à le lire : les couples mariés afin qu’ils voient encore mieux la présence de Dieu dans leur vie ; les fiancés pour qu’ils comprennent comment dans leur vie ils s’engagent à deux ; les célibataires afin qu’ils voient en Dieu une source d’amour éternel ; les consacrés, prêtre et séminaristes pour que chaque jour ils se rappellent combien Dieu prend toute la place dans leur vie !
Bonne lecture à chacun !

Une citation qui donne un peu l’esprit du livre (p.305-306)

« On n’a pas fini de s’émerveiller et de se laisser surprendre par le mot et la réalité de l’amour, ici mis en scène de façon dramatique et poétique. L’amour reste cet inconnu, ce méconnu, si souvent bafoué, banalisé, jusqu’à être ignoré en lui-même.
Ici, l’amour est exalté jusqu’au plus sublime. La très haute conscience, celle de l’Absolu, et la conscience amoureuse sont célébrées conjointement comme une seule prise de conscience. Et l’expérience du Beau est au centre de tout ce poème. »

Acheter_sur_La_Procure
[amazon template=add to cart&asin=2706714166]

L’auteur :
Benoît Standaert est moine bénédictin, de l’abbaye de Saint-André près de Bruges. Il vit aujourd’hui en ermite près de Malmedy. Exégète et auteur spirituel, il a commenté notamment L’Évangile selon Marc (Gabalda, 2010) et rédigé plusieurs ouvrages de spiritualité, dont Sagesse comme art de vivre (Bayard, 2009) ou Les trois colonnes du monde (Albin Michel, 2012), avec une application originale de cette triple clef à saint Paul : Le ministère de Paul. Parole, prière, miséricorde (Médiaspaul, 2016).

 

[1] Très rapidement, la lection divina est une méthode de méditation d’un ou plusieurs texte(s) biblique. Elle demande à celui qui l’exerce de diviser le texte et de le prendre par un ou quelques versets. Cette méthode permet de s’ouvrir de manière approfondie au texte biblique. C’est en quelque sorte une étude spirituelle.

Commentaires Facebook

Laisse un commentaire et donne ton avis!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.